facebook-f twitter

Autisme : Visite du centre breton

En janvier 2016 était lancé officiellement le Centre Ressources Autisme de Bretagne. Le CRA s’adresse à tous les publics concernés par l’Autisme et les autres Troubles Envahissants du Développement.
Quel bilan peut-on tirer au bout de deux ans ? C’est pour évoquer l’actualité du CRA de Bretagne, que j’ai été reçu par ses responsables le lundi 12 mars 2018, Lucie Bouragan, la Directrice, et Yannick Arzel, Directeur des Etablissements et Services des Genêts d’Or (association qui s’est vu confier par l’Agence régionale de santé (ARS) la relance du centre de ressources autisme (CRA) de Bretagne).
Pour mémoire, le CRA n’assure pas directement l’accompagnement des personnes avec autisme (et autres TED) mais a pour mission de promouvoir et diffuser les recommandations de bonnes pratiques professionnelles à travers l’ensemble de ses actions. En France, selon les estimations, on compte entre 1% et 1,5% de personnes autistes dans la population.
– Je retiens notamment de cet échange l’afflux de demandes qui sont parvenues auprès du Centre Ressources Autisme de Bretagne.
– Je retiens également de la récente réponse apportée le 14 mars 2018 en séance à l’Assemblée nationale, par Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des personnes handicapées qu’en matière de politique de l’autisme, la France n’est pas au niveau : diagnostic trop tardif, place à l’école à valoriser, prises en charge adaptées trop rares, situation aboutissant à l’arrêt de l’activité de l’un des deux parents,…
« Pourquoi, malgré trois plans successifs, la France n’arrive-t-elle toujours pas à mettre en place ce qui fonctionne et fait ses preuves à l’étranger, que ce soit en Espagne, en Italie, au Danemark, en Suède, au Canada ou aux États-Unis ? » La secrétaire évoquait la persistance d’informations fausses sur l’autisme, le manque de structuration de l’écosystème de la recherche, les moyens trop peu mutualisés, les chercheurs trop peu nombreux…
Diffuser la connaissance pour intervenir plus tôt, scolariser, employer, ne plus reléguer, voilà quelles devraient être les grandes lignes du 4ème Plan autisme, qui constitue un engagement du Président de la République.

Plus d’info :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Tous les champs sont obligatoires.

S'inscrire à la newsletter

Nous utilisons des cookies pour vous proposer une meilleure expérience de navigation, des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, pour en savoir plus consultez notre politique de confidentialité.