facebook-f twitter

Congrès de l’Union Nationale des Combattants, à Brest

L’UNC a 100 ans !

Dimanche 24 juin 2018 je participais à l’ouverture du Congrès  de l’Union Nationale des Combattants, à Brest, qui célébrait cette année ses 100 ans (74 ans pour la section locale). Je suis fier d’avoir participé à cette édition historique et d’avoir pu apporter mon témoignage sur l’importance de l’action de l’UNC pour défendre les intérêts matériels et moraux du monde combattant.

Pour souligner encore mon soutien à l’UNC vous trouverez ci-dessous le texte de l’allocution que j’ai prononcée dimanche denier.

« 1918-2018 »,

Comme cela a été rappelé, ce n’est pas tous les jours qu’une association fête un siècle d’existence !

En effet, l’Union Nationale des Combattants est née des drames qui marquèrent notre pays, et le monde entier, il y a 100 ans.

Pour les fondateurs de l’UNC, il fallait que soit préservé l’idéal de fraternité et de solidarité entre soldats qui avaient partagé la plus terrible des épreuves, l’épreuve du feu.

Il fallait veiller à défendre les intérêts moraux, sociaux et matériels de ceux qu’on appela désormais « les anciens combattants » et leur permettre d’obtenir le droit à réparation auquel il pouvait prétendre. Et depuis 100 ans, vous avez accueilli, au sein de la famille des vétérans, sans distinction d’aucune sorte, tous les anciens combattants des conflits auquel notre pays a pris part.

Pour cet anniversaire, je n’aurais pas pu vous souhaiter meilleur cadeau que l’attribution de la carte du combattant aux anciens appelés déployés sur le soldat algérien de 1962 à 1964.

Je sais combien cette reconnaissance vous tenez à cœur et comment vous vous êtes battus pour obtenir gain de cause.

C’était également l’une des promesses de campagne du Président Macron.

C’est pourquoi, dès le début de mon mandat de député, en accord avec le Président Jean-Pierre Roby, j’ai interpellé le gouvernement à ce sujet afin qu’il tienne ses engagements de campagne.

La Ministre des Armées, Mme Florence Parly, et la Secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Armées, Mme Geneviève Darrieusecq, m’avaient informé dans leur réponse, qu’elles prendraient le temps de consulter les élus mais aussi les organisations du monde combattant, et au premier chef la vôtre, pour donner la réponse définitive du Gouvernement.

Comme vous le savez, la décision – enfin positive – a été annoncée tout récemment par le 1er Ministre et l’attribution de la carte du combattant aux appelés de 1962 à 1964 se fera dans le cadre du projet de loi de finances de 2019. Cette mesure concernera près de 25 milles jeunes appelés des combats d’Afrique du Nord, et leur donnera les mêmes droits qu’à leurs aînés :  la retraite du combattant et le droit de porter la croix du combattant. 

Comme je sais combien vous êtes naturellement attachés à la question de la défense de notre territoire et de nos concitoyens, je voulais vous dire également que l’Assemblée nationale adoptera définitivement jeudi prochain, le projet de loi de programmation militaire qui engage notre pays pour la période 2019-20025.

Ce projet de loi dit de « reconquête » permettra à nos armées de remplir pleinement l’objectif assigné par le Président de la République d’être la première armée d’Europe et la deuxième du monde libre.

Notre armée disposera ainsi de toutes les compétences nécessaires pour mener tout type d’opération majeure et préserver notre souveraineté nationale. Le budget de la Défense représentera 2% du PIB en 2025. L’innovation et la modernisation technologiques de nos armes seront privilégiées pour faire face aux nouvelles menaces et aux nouveaux modes opératoires des adversaires de notre pays. La construction d’une Europe de la Défense sera intensifiée au moment où nous entrons dans une zone de turbulence qui touche les grands équilibres géopolitiques mondiaux.

Cette loi de programmation entend également mieux prendre en compte les aspirations de nos soldats à concilier leur engagement indéfectible au service de notre pays avec leur vie familiale et privée. La condition de vie des soldats est un enjeu majeur pour notre Défense si nous voulons attirer encore de nouveaux talents et les fidéliser.

Une Loi de Programmation Militaire « à hauteur d’homme »

C’est pourquoi nous avons voulu une Loi de Programmation Militaire « à hauteur d’homme ».

C’est un sujet auquel nous sommes particulièrement attachés, qui est un enjeu majeur pour l’attractivité du métier de soldat et qui, je pense, retiendra toute votre attention parce que vous avez, chevillés au corps, le sens du respect et de la dignité que mérite chacun de nos soldats appelés ou volontaires.

Je compte dès demain sur vous, sur votre implication, sur votre détermination, sur votre formidable réseau associatif de bénévoles pour continuer d’alerter les élus que nous sommes à améliorer la vie de ceux qui ont servi sous notre drapeau.

Je vous remercie encore de votre dévouement à la cause patriotique et de votre rôle pour transmettre la mémoire du monde combattant, notamment envers les plus jeunes.

Je vous redis la fierté qui est la mienne aujourd’hui de vous accueillir, ici, à Brest pour ce Congrès du Centenaire et le plaisir que j’ai de vous retrouver lors de chaque événement patriotique.

Merci à vous tous !

Très bons travaux !

Très heureux Congrès !

https://www.unc.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Tous les champs sont obligatoires.

S'inscrire à la newsletter

Nous utilisons des cookies pour vous proposer une meilleure expérience de navigation, des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, pour en savoir plus consultez notre politique de confidentialité.