facebook-f twitter

Transports

La Ministre Elisabeth Borne à Brest pour parler mobilité

Ce vendredi 5 janvier 2018, Elisabeth Borne, Ministre des transports était dans le Finistère pour parler mobilités tant du quotidien que de longues distances. Avec d’autres élus, j’étais à ses côtés à Brest, pour la présentation du réseau de transport urbain brestois et pour la table ronde organisée avec les collectivités bretonnes.

L’ex-patronne de la RATP connait son sujet et cela a été un réel plaisir de pouvoir échanger avec elle sur les dossiers qui sont les nôtres, tels : le désenclavement du territoire, l’accessibilité de la métropole brestoise, l’objectif de l’accès à Paris en moins de trois heures permettant des aller/retour dans la journée de travail, l’écotaxe.

Sur ce dernier sujet, la Ministre a rassuré indiquant qu’’il n’était « pas question de refaire l’écotaxe« . Selon la Ministre : « Il faut qu’on trouve une façon de faire payer les poids lourds en transit sur notre territoire. Il faut le faire en concertation avec les transporteurs et prendre en compte le fait qu’il y a des régions plus excentrées que d’autres et ça ne se fera pas en pénalisant les régions qui sont plus excentrées par rapport aux grands bassins de consommation. »

Ayant été moi-même en charge de la délégation sur toutes les questions de mobilité (route, déplacements, transport) au Conseil départemental du Finistère, je relève que dans la future loi de programmation sur les transports, la visibilité va être donnée à l’ensemble des acteurs « sur les projets, et les financements qui vont avec » ; la priorité étant le transport de la vie quotidienne.

A ce sujet, je soutiens le projet porté par les élus du pôle métropolitain du Pays de Brest d’étudier la fusion des réseaux urbains et péri-urbains. Cette fusion entraînera moins de cloisonnement entre les deux réseaux et, à coup sûr, « boostera » la fréquentation.

Il est indéniable que la mobilité physique est le prérequis de la mobilité professionnelle et de la mobilité sociale.

Faut-il rappeler qu’un Français sur quatre a déjà refusé un emploi ou une formation car il ne pouvait pas s’y rendre ?

  

Source photo : Le Télégramme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Tous les champs sont obligatoires.

S'inscrire à la newsletter

Nous utilisons des cookies pour vous proposer une meilleure expérience de navigation, des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, pour en savoir plus consultez notre politique de confidentialité.