facebook-f twitter Calque 1 insta Linkedin

AED, AESH : Retour sur ma rencontre avec la Co-Présidente du mouvement

Ce vendredi 1er février 2019, j’ai reçu à ma permanence Mélanie Tisseire, Co-Présidente du Collectif « AED/AESH » (photo ci-dessus). La Co-Présidente de ce mouvement est finistérienne !

Le Collectif demande une reconnaissance accrue des AED et AESH.

 

AED, AESH : quelle différence ?

Les Assistant d’Education (AED) sont multi-casquettes et s’occupent de la gestion globale de l’établissement.

Les Accompagnant des Élèves en Situation de Handicap (AESH), eux, accompagnent dans leur scolarité les enfants qui sont en situation de handicap ou qui présentent un trouble de santé invalidant (dyslexies, dyspraxies…). Les AEH peuvent être amenés à réaliser pour l’élève des gestes qu’il ne peut effectuer seul, à lui permettre de participer aux sorties scolaires, procurant une sécurité et une aide à la socialisation. L’AESH peut être affecté à un élève en particulier ou à plusieurs, quand ces derniers ne nécessitent pas une attention continue et soutenue.

 

AESH : De réelles avancées apportées par le gouvernement

Dès la rentrée 2019, tous les accompagnants des élèves en situation de handicap auront un contrat pérenne. Ces contrats de trois ans seront renouvelables une fois avec à la clef un CDI.

Voir le communiqué de Jean-Michel Blanquer : Ensemble pour une école inclusive » : les premières annonces à l’Assemblée nationale. 

Le métier d’AVS (auxiliaire de vie scolaire) va donc cesser d’être précaire.

 

Statut et formation des AED : Ma Question écrite

Au-delà des avancées réelles récemment apportées par le gouvernement au statut d’AESH, je note que les EAD sont très souvent confrontés à une situation précaire.

Les AED étaient en premier lieu des fonctions occupées par les étudiants ; ce qui leur apportait alors un complément de revenu, en parallèle de leur cursus. Les choses ont évolué et les profils ont changé puisqu’aujourd’hui, seuls 30% des AED seraient étudiants. La majeure partie des AED est désormais constituée de salariés classiques, pour qui ce poste est devenu un vrai métier.

Dans la pratique, les AED peuvent prétendre à des contrats renouvelables d’un an, dans la limite de 6 ans pour un même AED quelle que soit la quotité de travail), ce qui aboutit à des situations fragiles.

Malgré le travail exigeant et primordial d’accompagnement des élèves, il n’existe pas de formation suffisante. Leur rémunération n’est souvent pas à la hauteur de leur engagement et du nombre d’heures réellement effectuées. C’est à ce sujet que j’ai saisi le Ministre de l’Education nationale et de la jeunesse, au travers d’une Question écrite (voir ma Question écrite N°16773).

 

Les AED : un lien permanent avec les élèves

Le rôle des AED auprès des élèves et le lien permanent qu’ils assurent auprès d’eux est pourtant essentiel.

Les AED sont recrutés pour exercer des fonctions d’assistance à l’équipe éducative, notamment pour l’encadrement et la surveillance des élèves, y compris en dehors du temps scolaire. Leur mission est distincte de la mission d’enseignement et ne peut s’y substituer.

 

Dans le premier degré, ils participent, en appui à l’équipe éducative et sous l’autorité du directeur d’école, à l’encadrement et à l’animation de toute action de nature éducative conçue dans le cadre du projet d’école.

Ils assurent par exemple : la surveillance et l’encadrement des élèves pendant tout le temps scolaire, l’encadrement des sorties scolaires, l’animation de la bibliothèque et du centre de documentation, l’accès aux nouvelles technologies, l’aide à l’étude, l’aide à l’encadrement et à l’animation des activités culturelles, artistiques et sportives, l’aide aux dispositifs collectifs des élèves handicapés.

Dans le second degré, sous l’autorité du chef d’établissement qui s’appuie sur les équipes éducatives, ils participent à l’encadrement et au suivi éducatif des élèves.

Ils assurent notamment : les fonctions de surveillance des élèves, y compris pendant le service de restauration et en service d’internat, l’encadrement des sorties scolaires, l’accès aux nouvelles technologies, l’appui aux documentalistes, l’encadrement et l’animation des activités du foyer socio-éducatif et de la maison des lycéens, l’aide à l’étude et aux devoirs, l’aide à l’animation des élèves internes hors du temps scolaire, l’accompagnement éducatif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Tous les champs sont obligatoires.

S'inscrire à la newsletter

Nous utilisons des cookies pour vous proposer une meilleure expérience de navigation, des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, pour en savoir plus consultez notre politique de confidentialité.