facebook-f twitter Calque 1 insta Linkedin

Budget 2019 : Un budget destiné à valoriser le travail

Le projet de loi de finances pour 2019 a été présenté ce lundi 24 septembre en Conseil des ministres. Il poursuit les actions que le Gouvernement entreprend depuis le début du quinquennat : libérer l’économie et le travail, protéger les Français, investir pour l’avenir en préparant les défis de demain et en transformant l’action publique.

Je retiens que pour la troisième année consécutive (2017, 2018, 2019), notre pays sera sous les 3 % de déficit et que ce n’était pas arrivé depuis l’an 2000. Ce budget maîtrisé va permettre aux ménages de bénéficier en 2019 d’une baisse d’impôts historique de 6 Mds €.

 

Le Gouvernement fait très exactement ce qu’il a annoncé

Les baisses d’impôt suivent une certaine logique que le Gouvernement assume, et qui sont en tous points fidèles aux annonces de campagne :

  • Les impôts baisseront de plus de 20 Md€ de manière pérenne au cours du quinquennat.
  • La taxe d’habitation, impôt injuste, sera supprimée d’ici à 2020 pour 80 % des Français (c’est 10 Md€ d’allègement de la pression fiscale) et, au-delà, pour tous les Français.
  • Les cotisations sociales pour les salariés et les indépendants ont baissé et baisseront à nouveau en octobre. Au total, cela va représenter 7 Md€ de soutien aux actifs de ce pays (financés il est vrai par la hausse de la CSG d’une partie des retraités).
  • Les heures supplémentaires seront exonérées de cotisations sociales à partir de septembre 2019.

 

Priorité au travail

Le Gouvernement souhaite que ceux qui travaillent perçoivent une rémunération plus juste et plus incitative. Pour cette raison, toutes les heures supplémentaires travaillées à compter du 1er septembre 2019 seront exonérées de cotisations sociales. Cela se traduira par un gain de pouvoir d’achat moyen de 200 € par an et par salarié.

La reprise d’une activité professionnelle doit être attractive : c’est l’objectif poursuivi par la prime d’activité, revalorisée par le Gouvernement dès le premier budget du quinquennat. Après la revalorisation du montant forfaitaire de la prime d’activité de 20 € en 2018, un second bonus individualisé de 20 € sera créé en 2019, puis revalorisé de 20 € supplémentaires en 2020 et 2021. L’engagement présidentiel de revaloriser de 80 € la prime d’activité au niveau du SMIC sera ainsi pleinement mis en œuvre.

La valorisation du travail ne peut s’envisager sans la transformation de notre système d’assurance-chômage, qui demeure en déficit structurel et ne couvre pas l’ensemble des actifs. En engageant une réforme d’ampleur avec les partenaires sociaux, le Gouvernement souhaite mettre en place un système plus sécurisant, plus juste et plus soutenable à long terme. Et privilégier les CDI plutôt que les contrats courts.

 

Traiter les causes du chômage

Le Gouvernement confirme son choix de traiter les causes du chômage, et pas seulement ses conséquences. Lancé en 2018, le plan d’investissement dans les compétences (PIC) poursuivra sa montée en puissance avec des ressources totales de 2,5 Md€. Destiné à la formation, à l’apprentissage et à l’accompagnement des demandeurs d’emplois jeunes et éloignés du marché du travail, ce plan constitue un élément essentiel de la politique de l’emploi conduite par le Gouvernement.

Cela a encore été réaffirmé lors de la présentation du Plan Pauvreté : l’obligation de formation sera étendue à tous les jeunes jusqu’à 18 ans car, aujourd’hui, la réalité est que chaque année 60 000 jeunes se trouvent ni en école, ni en formation, ni en emploi et deviennent des « perdus de vue ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Tous les champs sont obligatoires.

S'inscrire à la newsletter

Nous utilisons des cookies pour vous proposer une meilleure expérience de navigation, des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, pour en savoir plus consultez notre politique de confidentialité.