facebook-f twitter Calque 1 insta Linkedin

L’Association Française des Capitaines de Navires

Rencontre avec une délégation de l’AFCAN

 

Le 10 décembre 2018 je recevais à ma permanence de Saint-Renan une délégation de l’Association Françaises des Capitaines de Navires (AFCAN).

Sous forme d’association « loi de 1901 », l’AFCAN a été fondée en 1979 après le naufrage de « l’Amoco Cadiz » en réaction à la situation des capitaines de navires, dans le but de « défendre les droits et les intérêts moraux et matériels de ses membres ainsi que d’améliorer la sécurité en mer ». Aujourd’hui elle compte environ 300 membres dont 150 actifs, présidée par Monsieur Pierre BLANCHARD et uniquement composée de personnels bénévoles. 

 

L’AFCAN est membre fondateur du CESMA, Confédération Européenne des Ship Master’s Associations qui constitue un moyen d’action auprès des agences européennes, en particulier l’EMSA (Agence Européenne des Sécurité Maritime).
L’AFCAN est également membre de l’IFSMA, International Federation of Shipmaster’s Association, qui regroupe les Associations de Capitaines des principaux pays maritimes dans le monde entier et compte plus de 10.000 adhérents, tous Capitaines. Cette Fédération permet à l’AFCAN de siéger comme observateur à l’OMI (Organisation Maritime Internationale), et peut, à ce titre, intervenir dans les débats. L’AFCAN est aussi membre de la CAMM, Confédération des Associations de la Marine Marchande, et en assure la présidence tournante.

Très impliquée dans la défense des intérêts des capitaines français, l’AFCAN se mobilise sur différents sujets d’actualité tels que :

  • L’adaptation des navires et des comportements à l’évolution de la réglementation internationale et nationale en matière de pollutions par les navires, en particuliers la pollution atmosphérique (Annexe VI de la Convention Marpol notamment), la question des « scrubers » ;
  • Les modes de propulsion plus propres pour les navires de commerce (GNL et LPG) ;
  • La création d’un corps de gardes-côtes européen ;
  • La formation des futurs navigants ;
  • Les risques de pénalisation de la fonction de capitaine ;
  • L’évolution des modalités de contrôles techniques / visites annuelles des navires ;
  • Le gigantisme des navires ;
  • Le navire autonome ;
  • Les risques de piraterie ;
  • Le sort des migrants

 

Nous avons également échangé sur l’évolution de la retraite des marins ; sujet que je suis de près, notamment dans le cadre de la réforme à venir en 2019.

 

Les sujets sont donc nombreux et j’ai pleinement conscience des enjeux pour la profession, son avenir, ainsi que pour la sécurité des hommes, des navires et de l’environnement. Je reste donc à l’écoute de l’AFCAN comme de tous les marins.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Tous les champs sont obligatoires.

S'inscrire à la newsletter

Nous utilisons des cookies pour vous proposer une meilleure expérience de navigation, des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, pour en savoir plus consultez notre politique de confidentialité.