Created with Lunacy Created with Lunacy Created with Lunacy Created with Lunacy Created with Lunacy
yellow button

Inquiétudes du mareyage français à la suite du Brexit

Le secteur du mareyage, maillon clé de la filière pêche, traverse aujourd’hui une période difficile du fait de la mise en œuvre de l’accord de commerce et de coopération entre le Royaume-Uni et l’Union européenne à l’issue du Brexit.

Monsieur Peter SAMSON, Secrétaire Général de l’Union du Mareyage Français (UMF), que j’ai reçu mercredi 8 décembre à l’Assemblée, a ainsi souhaité me faire part des inquiétudes des professionnels du secteur du mareyage.

Du fait de la crise dans l’attribution des licences par le Royaume-Uni aux navires français qui pêchent dans les zones des 6-12 milles et au large des iles anglo-normandes, les filières d’approvisionnement du secteur du mareyage sont d’ores et déjà remises en cause. Le mareyage français, qui représente aujourd’hui 490 entreprises et 11 200 salariés en France, est donc très légitimement inquiet de ces perturbations.
 
L’UMF, qui rejoint le Comité National des Pêches Maritimes et des Élevages Marins (CNPMEM) sur ce sujet, soutient une réponse ferme de la part de la France et de l’Europe afin de contraindre les Britanniques au respect du droit, et à la mise en œuvre du volet pêche de l’accord de commerce et de coopération. Si le Gouvernement a présenté une série de mesures de pression vis-à-vis des Britanniques concernant les contrôles douaniers et sanitaires sur les importations, l’UMF souhaite mettre en garde sur les mesures consistant à empêcher ou réduire l’exportation de produits de la pêche britannique vers l’espace communautaire et les ports français. En effet, le marché national est pour partie dépendant d’importations britanniques. Dès lors, de telles mesures représenteraient une risque supplémentaire pour les entreprises du secteur et endommagerait la compétitivité du mareyage français, outil essentiel de valorisation du travail de nos pêcheurs.
 
Par ailleurs, en cas de non-résolution du contentieux relatif aux licences des pêches, et face à l’éventuelle application du plan de sortie de flotte annoncé par la Ministre de la mer, le mareyage aurait à faire face à des difficultés structurelles.
 
L’UMF appelle dès lors à créer un outil de soutien structurel au mareyage français, en réinvestissant les 7 millions d’euros non utilisés dans le cadre du dispositif dit « IPCA mareyage » (le programme d’aide visant à l’indemnisation des pertes de chiffre d’affaires des entreprises de mareyage touchés par le Brexit). L’UMF m’a ainsi rappelé le besoin urgent de dispositifs d’investissement permettant une transition aux acteurs de la filière touchés.
 – 9 décembre 2021 –
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Tous les champs sont obligatoires.

S'inscrire à la newsletter

Voir toutes les newsletters