Created with Lunacy Created with Lunacy Created with Lunacy Created with Lunacy Created with Lunacy
yellow button

#Coronavirus : La Protection de l’enfance continue

Consignes transmises à l’ensemble des professionnels de protection de l’enfance

 

Le secrétaire d’État Adrien Taquet a donné des consignes pour garantir la continuité des prises en charge. Chaque structure de la protection de l’enfance doit mettre en œuvre son plan de continuité de l’activité (PCA), en lien avec le département. Cela vaut pour les enfants placés, mais aussi pour les interventions au domicile. Avec, naturellement, certains aménagements.

 

Assistants familiaux

Vous êtes assistants familiaux accompagnant des jeunes de moins de 21 ans au titre de la protection de l’enfance :

Réponses à vos questions

 

Professionnels

Vous êtes professionnels accompagnant des jeunes de moins de 21 ans au titre de la protection de l’enfance dans le cadre d’un accueil en établissement ou en service de placement familial ainsi que des interventions à domicile (AEMO, AED, TISF …) :

Réponses à vos questions

A noter !

Les professionnels exerçant dans les établissements et services départementaux, publics et associatifs de protection de l’enfance et de protection maternelle et infantile font partie des professionnels désignés prioritaires pour bénéficier de la garde d’enfants, de l’accès aux écoles et collèges, de l’accueil en crèche et de la scolarisation de leurs enfants.

 

MNA : Mineurs et jeunes majeurs non accompagnés

Consignes relatives aux mineurs non accompagnés à destination de tous les professionnels qui assurent la mise à l’abri et l’évaluation sociale des personnes se présentant comme MNA : fiche à télécharger.

Conseil départemental du Finistère
Direction de l’enfance et de la famille
32 boulevard Dupleix, CS 29029
29196 QUIMPER cedex

 

Continuité du service 119

Les mesures de confinement, indispensables à l’endiguement de l’épidémie de COVID 19, exposent les mineurs aux violences intrafamiliales et conjugales de façon plus importante.

Dans ce contexte, les possibilités de s’extraire de ces situations par le biais de l’école et des activités extrascolaires ou de se confier à un tiers sont limitées. Pour tout cas de danger grave et immédiat, avec nécessité d’une intervention sur place, il convient de contacter les services de première urgence : les services de police ou de gendarmerie (17 ou 112), les pompiers (18 ou 112) ou le Samu (15). Ces services restent mobilisés pour ces situations d’urgence.

Le 119, numéro d’appel pour l’enfance en danger, continue à être joignable 24/24 et 7jr/7 ; les appels d’enfants restent prioritaires. L’ensemble des écoutants du 119 restent mobilisés pendant la crise. Il n’y aura pas d’interruption du service.

Les associations de protection de l’enfance restent plus que jamais à l’écoute pour fournir des conseils ou des orientations vers des services compétents, notamment :

La Voix De l’Enfant : 01 56 96 03 00

L’enfant Bleu – Enfants maltraités : 01 56 56 62 62

Colosse aux pieds d’argile : 07 50 85 47 10

Stop maltraitance / Enfance et Partage : 0 800 05 1234

 

Cellule de recueil des informations préoccupantes du Conseil départemental : 02 98 76 63 36

 

Mobilisation des étudiants travailleurs sociaux

Le Gouvernement met en place une plateforme de mise en relation d’associations qui expriment des besoins de renfort et de personnes qui peuvent apporter leur concours, tels que les jeunes qui effectuent leur service civique ou les éducateurs sportifs :

www.jeveuxaider.gouv.fr

Cette plateforme, facile d’accès et simple d’utilisation, pourra permettre à un certain nombre de jeunes volontaires de soutenir les associations de protection de l’enfance et de leur apporter du renfort en cette période de crise sanitaire.

 

Christelle Dubos, secrétaire d’Etat auprès du ministre des Solidarités et de la Santé, a également annoncé la constitution d’une réserve sociale, avec la mobilisation des étudiants en travail social volontaires, pour prêter main forte aux établissements sociaux et médico-sociaux dont les établissements de protection de l’enfance (MECS) feront partie.

– Cette mobilisation peut concerner 40 000 étudiants en travail social qui ne sont pas actuellement en stage et qui pourront s’engager pour soutenir l’activité des établissements sociaux et médico-sociaux :
– Les EHPAD et établissements d’accueil de personnes en situation de handicap.
– Les établissements d’hébergement : Centre d’hébergement d’urgence (CHU), les Centres d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) et les accueils de jour.
– Les établissements de protection de l’enfance et d’accueil d’enfants en situation de handicap : Maisons d’enfants à caractère social (MECS) et Instituts médico-éducatifs (IME)
– Les établissements d’accueil du jeune enfant : crèches réquisitionnées, micro-crèches.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Tous les champs sont obligatoires.

S'inscrire à la newsletter

Voir toutes les newsletters