facebook-f twitter Calque 1 insta Linkedin

Le Technopôle Brest Iroise

Le TBI, acteur majeur de l’excellence maritime !

 

Récemment j’ai eu le plaisir d’échanger avec la direction du Technopôle Brest Iroise (TBI), mais également avec des responsables du Campus Mondial de la Mer, de la French Tech Brest+ et du Cluster Algues, dans les locaux du TBI au sein du bâtiment « Cap Océan », sur le site de la pointe du Diable, à Plouzané.

 

Le Technopôle Brest-Iroise :

La Directrice du Technopôle Brest-Iroise, Françoise DUPRAT, est tout d’abord revenue sur l’historique de la création de l’association : en 1988 et face aux difficultés locales en matière d’emploi et d’attractivité du territoire, les acteurs publics et économiques locaux se mobilisent au bénéfice de la croissance économique et de la création de richesses.

30 ans après, l’association compte 200 membres et accueille sur 130 hectares, dans un cadre exceptionnel, une zone d’activités comprenant des entreprises, des laboratoires universitaires, des formations universitaires en sciences de la mer et du littoral, des grandes écoles d’ingénieurs, le siège de l’Ifremer, le Pôle Mer Bretagne-Atlantique, des starts up, une pépinière et des hôtels d’entreprises… Aujourd’hui, le site du TBI c’est aussi près de 4. 200 personnes, dont 900 enseignants-chercheurs et 2. 100 étudiants.

Autour de 3 missions essentielles : Entreprendre, Animer et Fédérer, l’équipe du TBI « accompagne l’innovation des porteurs de projets et des chefs d’entreprise du territoire. L’objectif est d’abord de développer des projets structurants pour le territoire dans le but de les rendre visibles et de leur permettre d’accéder aux ressources dont ils ont besoin, à proximité, pour développer leur projet innovant. Ces projets structurants, construits avec l’ensemble des acteurs de l’écosystème, ont conduit à la labellisation de la French Tech Brest + et à la création du Campus mondial de la Mer« . 

Le Technopôle Brest-Iroise est aussi membre de réseaux technopolitains nationaux et internationaux qui garantissent son professionnalisme : International Association of Science Parks (IASP), l’European Business Network, et Retis, le réseau français de l’innovation.

 

Le Campus Mondial de la Mer :

Initialement créé en octobre 2016 sous l’impulsion de Brest Métropole, le Campus Mondial de la Mer hébergé au sein du TBI m’a été présenté par Jérémie BAZIN. Le Campus c’est surtout une approche originale au service du territoire par une démarche conjointe des structures fédératives de la communauté des sciences et technologies marines de la Bretagne Occidentale Europôle Mer, Pôle Mer Bretagne Atlantique et Technopôle Brest-Iroise.
Elle réunit les universités et écoles d’ingénieurs, les entreprises, les établissements de recherche nationaux et collectivités territoriales. « L’ambition de cette démarche est de faire de la pointe de la Bretagne LA place mondiale de l’étude des océans et des mers et de leur valorisation ». Je rappelle à cet égard que le TBI est déjà la première place européenne en matière de recherche en sciences de la mer !

Pour y parvenir, 3 objectifs sont retenus au sein du Campus Mondial de la Mer :

  1. Développer une société de la connaissance marine et maritime pour comprendre et anticiper.
  2. Permettre le développement d’une économie maritime bretonne et française forte.
  3. Assurer le rayonnement international de la Bretagne maritime, de ses acteurs et de ses atouts.

C’est au travers d’une action coordonnée de promotion de la recherche, de rapprochement des laboratoires et des entreprises, de valorisation de la recherche et d’aide au développement et à l’internationalisation des PME, que le “Campus Mondial de la Mer” entend conquérir des marchés à fort potentiel. Ces marchés sont regroupés autour de la production des énergies marines renouvelables , la production d’hydrocarbures et de minerais (connaissance des bassins sédimentaires profonds, détection et caractérisation des ressources minérales profondes), la santé, l’alimentation et le bien-être (les biotechnologies marines, la pêche, l’aquaculture, l’algoculture notamment),  la gestion durable des espaces côtiers, un transport maritime sûr et durable.

Le potentiel exceptionnel des structures de recherche et des acteurs économiques du secteur maritime présents sur la circonscription ne peut être que renforcée par cette démarche innovante ! Je soutiens pleinement cette démarche au bénéfice également du rayonnement territoire et de son attractivité.

 

 

La French Tech+ Brest :

La French Tech Brest + était représentée par Frédéric NICOLAS son Délégué Général. C’est en 2015 que la métropole brestoise intègre le réseau des métropoles labellisée « French Tech » et bénéficie du label associé. il s’agit d’une initiative nationale qui vise à soutenir les startups dans les territoires, en s’associant avec Lannion, Morlaix et Quimper via un portage par les technopôles (13 métropoles sont labellisées en France).

 

Ainsi c’est un territoire de près de 16.000 emplois dans les activités liées au numérique et répartis dans 1. 620 établissements qui est concerné par cette labellisation. La French Tech Brest + c’est en effet un label qui vise à la :

 

  • – fédération de l’écosystème numérique,
  • – sensibilisation à l’entreprenariat,
  • – accélération des startups,
  • – internationalisation et digitalisation de l’économie.

 

Pour cela l’expertise de l’équipe d’animation se mobilise via des événements dédiés comme Ouest-Startups , la participation au West Web Festival ou par l’accès aux dispositifs portés au niveau national par le French Tech (Fonds d’accélération, par exemple).

Soutenu par l’Union Européenne et la Région Bretagne le programme est ambitieux et participe pleinement à la transition numérique sur un territoire particulièrement riche en projets digitaux et entreprises innovantes !

 

Le Cluster Algues :

J’ai également pu m’entretenir avec Maud BERNARD, Chargée de mission responsable de l’animation du « Cluster Algues » du Pays de Brest. Nouvellement créé (septembre 2018), le cluster a été impulsé par le Pôle métropolitain du Pays de Brest, la Chambre de commerce et d’industrie et le Technopole Brest-Iroise.

On sait la richesse de nos littoraux et espaces maritimes en matières d’algues, ainsi que les activités traditionnelles et innovantes qui sont liées à cette richesse et à la diversité de la ressource (J’ai encore récemment échangé, sur le terrain, avec des professionnels du secteur : voir ici).

Aujourd’hui le territoire du Pays de Brest et une partie de la circonscription abritent des entreprises et structures de toutes tailles qui récoltent au large ou sur l’estran, transforment et commercialisent, font de la recherche… Les débouchés concernent l’alimentation humaine, l’agriculture, les matériaux innovants, la cosmétique, la santé et la recherche médicale sont immenses.

Le cluster, sous la forme d’un réseau informel d’entreprises et d’institutions associées, est né du constat de cette richesse et de la nécessité de porter et d’accompagner le secteur et ses acteurs vers  « une approche intégrée et durable de la valorisation de la ressource ». Le cluster a pour ambition d’impliquer tous les acteurs de la filière, « depuis l’amélioration des connaissances sur la biomasse (amont) jusqu’au soutien aux projets de développement (aval) ».

Le 20 novembre le Comité de Pilotage du Cluster validait les axes prioritaires nécessaires à son action conformément une « feuille de route » organisée autour de 3 défis :

  • 1. R&D et transfert vers les entreprises de la filière algues ;
  • 2. Récoltes, cultures d’algues et approvisionnement des entreprises ;
  • 3. Mise en réseau des acteurs de la filière algue.

 

Élu d’une circonscription à la pointe – là encore – sur l’exploitation et la recherche de cette ressource marine, mais également comme ancien maire de Lampaul-Plouarzel, terre de goémoniers, je suis particulièrement attentif au développement responsable et durable des activités liées à cette richesse.

 

 

Au terme de ces entretiens je ne peux que constater, à la fois, la grande diversité des activités hébergées ou portées par le Technopôle Brest-Iroise, mais également la conviction des différents acteurs rencontrés dans le potentiel d’innovations et de développement de nos entreprises, startups ou traditionnelles, porteuses de richesses et surtout d’emplois ! 

Merci à l’équipe du Technopôle Brest-Iroise !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Tous les champs sont obligatoires.

S'inscrire à la newsletter

Nous utilisons des cookies pour vous proposer une meilleure expérience de navigation, des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, pour en savoir plus consultez notre politique de confidentialité.