facebook-f twitter Calque 1 insta Linkedin

Méthanisation dans la filière agricole bretonne : le point avec le cabinet du Ministre

Méthanisation : nous poursuivons les réunions

Avec des collègues députés bretons (Yannick Kerlogot du 22, Nicole Le Peih du 56 et Laurence Maillard-Mehaignerie du 35), nous avons rencontré ce mardi matin, 7 mai 2019, des membres du cabinet et des services du Ministère de la transition écologique à Paris pour faire un point sur la méthanisation dans la filière agricole bretonne.

Cette rencontre fait suite – notamment – à la réunion que j’avais organisée à l’Assemblée nationale le 10 avril dernier avec la Chambre régionale d’Agriculture et GRDF (voir aussi Filière biogaz en Bretagne : Réunion à l’Assemblée nationale sur le développement de la filière).

 

Méthanisation au biogaz, filière clé pour la Bretagne

Nous sommes en effet fortement convaincus par les bénéfices qu’apportent ces nouvelles techniques à notre territoire.

Car la méthanisation au biogaz représente une filière très cohérente et plutôt circulaire :

  • D’abord, c’est une énergie renouvelable et elle contribue donc à la réduction des gaz à effet de serre par la valorisation des effluents agricoles.
  • Ensuite, c’est une énergie locale qui crée des emplois dans les territoires ruraux, emplois non délocalisables, et assure aux agriculteurs des revenus complémentaires.

 

Tout cela est donc plutôt vertueux.

 

Prendre en compte la spécificité de l’agriculture bretonne

Cependant, et c’était l’objectif de cette rencontre au ministère, des questions subsistent et il est important pour nous autres parlementaires de sensibiliser les services aux questions que les acteurs se posent sur le terrain. Parmi celles-ci, on peut noter les principales : le tarif de rachat, les seuils d’appels d’offre, le calendrier de la PPE, les financements pour soutenir ces mécanismes de soutien, les distances pour pouvoir injecter le gaz dans le réseau, etc., etc. …

Nous pensons notamment que la politique énergétique que notre majorité s’apprête à voter doit prendre en compte la spécificité de l’agriculture bretonne (taille moyenne raisonnable, capitaux familiaux …).

Le modèle agricole breton doit pouvoir répondre aux appels d’offres et ces derniers ne doivent pas favoriser l’émergence d’autres modèles plus imposants sur le territoire national.

 

Ci-dessous, la vidéo de l’inauguration de l’unité de méthanisation SAS Avel Énergies, sur notre cironscription, à Milizac (vidéo diffusée dans le cadre des Trophées de l’entreprise du CLUB CELIA).

Ce contenu est bloqué. Acceptez les cookies afin de le visualiser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.
Tous les champs sont obligatoires.

3 commentaires sur “Méthanisation dans la filière agricole bretonne : le point avec le cabinet du Ministre”
  1. bien un essai de création d une usine il me semble bien a été déposé à milizac et n a pas abouti par le refus de la population alentour, à tord car il y aurais eu les obligations de contrôles réguliers !! maintenant malgré tout ce qui a été effectué pour la mise aux normes dans les exploitations, les agriculteurs sont toujours traités de pollueurs par des personnes qui n y connaissent rien !! et pourtant que d avancer côté autoconsommation pour les vaches !! matelas écologique pour qu elles dorment, plus besoin de paille !! et autres filières les avancées, certes les exploitations sont plus grandes mais en majeures parties parce qu elles sont à faire vivre plusieurs familles !! les banques et comptables poussent beaucoup aux investissements en fait soit tu continues soit tu coules !! c est un cercle vicieux !! mais mon avis est qu il aurait été plus judicieux cette usine plutôt que chacun le sien !!

    1. Bonjour,

      Merci pour votre commentaire.
      Mr le Député en a bien pris note et vous en remercie.

      Cordialement,
      L’équipe parlementaire.

  2. A priori on part donc sur un avis plutôt favorable à la méthanisation ? La Bretagne est déjà relativement en avance sur le sujet par rapport à d’autres régions en France, mais le potentiel est bien là.

S'inscrire à la newsletter

Nous utilisons des cookies pour vous proposer une meilleure expérience de navigation, des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, pour en savoir plus consultez notre politique de confidentialité.