Created with Lunacy Created with Lunacy Created with Lunacy Created with Lunacy Created with Lunacy
yellow button

Prévenir le mal-être des agriculteurs

Le mal-être de la profession agricole est une réalité

Le mal-être de la profession agricole est une réalité qui ne doit pas être un tabou. Le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Julien Denormandie, accompagné d’Olivier Véran et de Laurent Pietraszewski, a annoncé ce 23 novembre 2021 la mise en œuvre d’une feuille de route ayant pour lutter contre ce mal-être en replaçant l’humain au cœur des préoccupations (télécharger le dossier de presse du 23 novembre 2021).

 

Libérer la parole sur le mal-être dans le monde agricole

En ce sens, le Gouvernement engage une action volontariste, dans le sillage de l’action menée depuis le début du quinquennat, s’appuyant sur le terrain et la détermination d’acteurs engagés. La feuille de route présentée est le fruit d’un travail mené collectivement au plus près des territoires qui répond à un triple objectif : protéger les agriculteurs, revaloriser leur travail et redonner toute sa valeur à notre alimentation.

Cette feuille de route ne part pas d’une page blanche. Les dernières années ont déjà permis le développement de dispositifs et de solutions d’accompagnement aujourd’hui installés et identifiés par un grand nombre d’agriculteurs :

  • Le dispositif Agri’écoute, qui permet un accompagnement professionnel par les agents de la Mutualité Sociale Agricole 24h/24 et 7 jours sur 7 et l’activation de soutiens. Plus de 2 600 appels ont été reçus depuis le début de l’année 2021 ;

 

Agri’écoute : mal-être, solitude, idées suicidaires… parlez-en !

Vous-même ou quelqu’un de votre entourage est en situation de détresse psychologique ? Vous redoutez que cette situation conduise à un acte suicidaire ?

Ne restez pas seul face aux difficultés, contactez le service « Agri’écoute » au 09 69 39 29 19 (prix d’un appel local). En savoir plus

Consulter le site de la MSA pour repérer les signes de détresse qui doivent vous alerter et ne pas rester seul face aux difficultés.

 

  • Les associations ou les réseaux « sentinelles » comme ceux de la Coopération Agricole ou les cellules Réagir des Chambres d’Agriculture pour l’accompagnement et l’écoute par des pairs.

 

Le gouvernement renforce la prise charge des agriculteurs en situation de détresse

Aujourd’hui, elle s’appuie sur des dispositifs dont nous renforçons aujourd’hui l’efficacité et les moyens autour de 3 piliers : humaniser, aller vers et prévenir et accompagner.

  • Humaniser : des moyens humains pour une réponse humaine

Le Gouvernement lance la création de comités dédiés à la question du mal-être des agriculteurs dans chaque département : d’ici fin 2022, cela représente plus de 100 comités qui seront montés (1 par département). En leur sein, l’État s’engage dans une approche humaine et transversale de chaque situation avec la nomination des référents à la fois dans les cellules économiques (DDT) et dans les cellules sociales (MSA) qui porteront une action coordonnée.

  • Aller vers : mieux prévenir et accompagner la souffrance

Le Gouvernement va mettre en place et former des réseaux de « sentinelles » dans chaque département, proches d’agriculteurs qui par leur contact quotidien et familier peuvent être à même de détecter en amont des situations de détresse ou de mal-être. Ces réseaux, qui existent déjà, vont être renforcés par la formation avec des professionnels et de la mise à disposition d’outils (brochures, répertoires …). L’objectif est d’avoir un maillage de sentinelles fort et capables d’accompagner au mieux les situations de détresse.

  • Prévenir et accompagner

Le Gouvernement augmente de 40% le budget dédié aux dispositifs d’accompagnement en cas de difficultés (+12 milliards d’euros pour attendre plus de 40 milliards d’euros par an) et renforce financièrement des dispositifs permettant de soulager les agriculteurs, notamment l’« aide au répit », qui finance le remplacement jusqu’à 10 jours des exploitants en situation d’épuisement professionnel et le crédit d’impôt remplacement.

Par ailleurs, nous doublons le budget dédié aux programmes départementaux d’accompagnement des agriculteurs en difficulté pour atteindre 7 millions d’euros et nous les rendons accessible à un plus grand nombre de personnes et plus tôt. Ces programmes qui durent entre 3 et 5 ans permettent aux agriculteurs d’être conseillés à la fois sur la reprise de l’activité et sur les ajustements nécessaires pour redémarrer sereinement.

En cas d’épuisement de l’agriculteur, nous avons prolongé le crédit d’impôt remplacement jusqu’en 2024. Nous l’avons également augmenté pour permettre aux agriculteurs d’être mieux indemnisés lorsqu’ils doivent faire un appel à une aide extérieure pour leur exploitation.

L’action du Gouvernement s’inscrit dans un contexte plus global de revalorisation du monde agricole. Plusieurs batailles sont menées sur différents fronts avec la loi EGALIM 2 notamment, qui vise à mieux rémunérer le travail des agriculteurs et la revalorisation des retraites avec plus de 200 000 bénéficiaires qui est, depuis le 1er novembre, de 1 035 euros par mois pour un chef d’exploitation en carrière complète. Dès 2022, elle sera étendue aux conjoints collaborateurs.

Cette question de la valeur est essentielle pour continuer à financer et nous donner les moyens de réussir les défis qui nous attendent :

– celui de l’attractivité des métiers du monde agricole : 1 agriculteur sur 2 sera en âge de prendre sa retraite dans les 10 prochaines années, il est donc essentiel d’agir pour rendre ses formations attractives et valorisantes. C’est d’un côté ce que nous faisons avec la campagne Entrepreneurs du Vivant et avec le renforcement du soutien à l’installation dans le cadre de la prochaine PAC ;

– celui de la résilience de nos exploitations face au changement climatique dont les agriculteurs sont les premiers à subir les effets comme nous l’a montré la vague de gel d’avril dernier ;

– celui de la 3e révolution agricole.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Tous les champs sont obligatoires.

S'inscrire à la newsletter

Voir toutes les newsletters

Nous utilisons des cookies pour vous proposer une meilleure expérience de navigation, des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, pour en savoir plus consultez notre politique de confidentialité.

Réglages des cookies

Ci-dessous, vous pouvez choisir quels types de cookies vous souhaitez accepter sur notre site internet. Cliquer sur le bouton "Enregistrer les réglages" pour appliquer vos préférences.

Cookies de fonctionnement (obligatoire)Ces cookies sont nécessaires et garantissent le bon fonctionnement ainsi que l'optimisation de notre site internet.

Cookies analytiquesCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation de notre site internet afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies sociauxNotre site internet peut utiliser des cookies liés aux réseaux sociaux pour vous montrer du contenu tiers comme YouTube et Facebook. Ces cookies permettent d’interagir depuis notre site internet et de partager les contenus du site, lorsque vous cliquez sur les modules "Partager" de Facebook, par exemple. En désactivant ces cookies, vous ne pourrez plus partager les articles de notre site sur les réseaux sociaux.

Cookies de ciblage publicitaireCes cookies peuvent permettre à notre site internet de vous présenter des publicités plus pertinentes et adaptées à vos centres d’intérêt en fonction de votre navigation sur le web. En désactivant ces cookies, des publicités sans lien avec vos centres d’intérêt supposés vous seront proposées sur notre site.

AutresNotre site internet peut utiliser des cookies tiers provenant d'autres services qui ne sont pas de type analytique, social ou publicitaire.