yellow button

Protéger la « Fraise de Plougastel »

Soutien à la demande d’IGP pour la fraise de Plougastel

Malgré sa notoriété, la Fraise de Plougastel n’est pas protégée et son nom fait l’objet d’usurpation.

Ainsi, en lien avec la délégation régionale de l’INAO, l’association de producteurs de fraise de Plougastel travaille depuis 2017 à une reconnaissance en identification géographie protégée (IGP).

Accompagnée par la Chambre d’agriculture du Finistère et avec le soutien des services publics et des partenaires privés, et les services de l’INAO, l’association de producteurs de fraises de Plougastel travaille sur le cahier des charges.

La demande d’IGP a été déposée le 8 juillet 2022 auprès des services de l’INAO par l’association « Fraises de Plougastel ».

C’est ce 13 décembre  2022 que sera présenté auprès de la commission permanente ce dossier d’IGP pour la « Fraise de Plougastel ». La commission permanente statuera alors sur la nomination d’une commission d’enquête, étape indispensable à la poursuite de la démarche.

 

Avec mes collègues parlementaires (députés et sénateurs) du Finistère, nous soutenons l’obtention de la reconnaissance en IGP.
Télécharger le courrier commun (disponible prochainement).

 

Un label pour maintenir l’emploi sur le territoire

Ce label permettra de pérenniser les exploitations familiales, de maintenir l’emploi sur le territoire, de maintenir le revenu des exploitants, et de réhabiliter des parcelles non exploitées.

Les producteurs engagés dans la démarche IGP espèrent maintenir le potentiel de production sur le secteur de Plougastel.

La reconnaissance en IGP permettra en outre une nouvelle dynamique encourageant les jeunes à reprendre ou créer des outils de production.

 

 

La « fraise de Plougastel » a failli disparaître dans les années 90

Nous souhaitons que le dossier soit examiné à la lumière des arguments démontrant le lien au territoire et la qualité. Ces arguments sont mentionnés dans différentes études (étude sur le climat réalisée par Météo-France, analyse sensorielle réalisée par Capinov, étude sur le foncier et le bocage réalisée par l’ADEUPA).

Surtout, nous vous demandons de veiller à ce que le dossier soit examiné sans apriori vis-à-vis de la technique de production en jardins suspendus. Ce mode de culture est une évolution technique qui a permis d’améliorer les conditions de travail tout en maintenant la notoriété de la Fraise de Plougastel. Ce mode de production représente actuellement 95 % des surfaces.

Alors que la fraise sur Plougastel a failli disparaître dans les années 90, c’est justement l’introduction de ce mode de cultures qui a permis de préserver la production. Cette méthode de production s’est développée en raison de graves problèmes sanitaires dans les sols, de la pénibilité du travail, et de la difficulté d’accès au foncier sur la commune de Plougastel.

 

L’IGP, une valeur refuge

A l’heure où les IGP constituent une valeur refuge, nous soutenons cette demande d’identification géographie protégée pour la « Fraise de Plougastel ».

 

 

Sur le même sujet :

Protéger l’échalote traditionnelle de Bretagne

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Tous les champs sont obligatoires.

Inscrivez-vous à notre newsletter