Created with Lunacy Created with Lunacy Created with Lunacy Created with Lunacy Created with Lunacy
yellow button

Reconnaitre l’expertise des infirmières puéricultrices

Echange du 7 janvier 2021 avec des infirmières puéricultrices.

L’importance décisive des 1000 premiers jours de l’enfant

J’ai reçu ce 7 janvier à ma permanence Aucéane Morvan et Monique Le Bihan, toutes deux infirmières puéricultrices en PMI.

Alors qu’a été remis au gouvernement le 8 septembre 2020 le rapport des « 1 000 premiers jours », notre échange a porté sur le métier d’infirmière puéricultrice / puériculteur, et sur la spécificité de la profession.

https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/rapport-1000-premiers-jours.pdf

 

Les infirmières puéricultrices aux côtés de l’enfant de la naissance à l’adolescence

Les missions des infirmières puéricultrices / puériculteurs s’étendent de la naissance à l’adolescence, afin de promouvoir la santé de l’enfant, de le protéger, de contribuer à son développement psychomoteur et affectif (accompagnement de la relation d’attachement), ainsi que favoriser son éveil et son autonomie en tenant compte de son environnement familial et social.

 

Une formation supplémentaire

La puéricultrice / le puériculteur est d’abord une infirmière, spécialisée dans l’enfance (de la naissance à l’adolescence). Sur les « 1 000 premiers jours », elle veille donc à la santé des plus jeunes, à leur protection et à leur bon développement. Le Diplôme d’Etat de Puériculture nécessite une formation supplémentaire 1 500 heures de formation pouvant être réalisées sur 12, 24 ou 27 mois. Cela porte donc ces études à plus de 4 ans post-baccalauréat.

 

Parentalité : Valoriser l’expertise des puéricultrices

En cas de questionnements, les parents ont donc intérêt à se tourner vers les puéricultrices qui ont l’expertise nécessaire en matière de prise en soin de l’enfant et de sa famille, plutôt que vers des sociétés privées d’aide à la parentalité qui se multiplient, ou vers des coachs virtuels pas toujours bien formés.

 

Sur tous ces points, j’ai saisi le Ministre des Solidarités et de la Santé, au moyen d’une Question écrite (Voir ma Question écrite).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Tous les champs sont obligatoires.

S'inscrire à la newsletter

Voir toutes les newsletters