Created with Lunacy Created with Lunacy Created with Lunacy Created with Lunacy Created with Lunacy
yellow button

Une première en France : la solution de Locmaria-Plouzané pour ré-implanter un distributeur automatique de billets

L’éloignement des distributeurs de billets, un problème pour les territoires plus ruraux

Globalement, la France dispose d’une bonne accessibilité aux espèces. La France est le second pays d’Europe en termes de densité des réseaux d’agences bancaires bien au-delà de la moyenne européenne (voir le rapport de la Banque de France).

Ce sont pourtant près de 2 500 distributeurs de billets ont été supprimés sur le territoire français entre 2015 et 2017.

Bien que la monétisation numérique progresse évidemment, ceci oblige de très nombreux habitants à effectuer plusieurs kilomètres afin de pouvoir disposer de liquidités. L’éloignement des distributeurs de billets pose également des problèmes notamment aux personnes âgées, attachées à faire leurs courses au marché. La désertification bancaire des campagnes peut donc être source de dévitalisation progressive des territoires et ce sont les commerces de centre bourg qui peuvent en pâtir.

 

Maintenir les commerces locaux pour éviter la dévitalisation progressive des territoires

Le Gouvernement reste attentif à ces questions. Un groupe de travail associant la direction générale du Trésor, la Banque de France et les principaux acteurs bancaires a d’ailleurs été créé pour établir une cartographie précise des distributeurs automatiques de billets.

Si des initiatives peuvent être trouvées localement pour suppléer à la désertification bancaire, il est en revanche inapproprié – voire juridiquement impossible – d’obliger les acteurs bancaires à implanter des agences bancaires en zones rurale (principe d’égalité devant les charges publiques et principe constitutionnel de libre entreprise).

Je relève donc la solution trouvée par la commune de Locmaria-Plouzané (commune située sur la circonscription). Pour réimplanter un distributeur automatique de billets dans le bourg, la commune a noué un partenariat avec la société de convoyage de fonds Brink’s.

C’est une première en France !

Et ceci à un coût qui n’est pas à la portée de toutes les communes. La commune doit disposer d’un local disponible répondant aux normes de sécurité. Elle s’quitte ensuite d’un forfait maximum de 1 500 € par mois pour la supervision et la maintenance technique (moins selon le volume de retraits).

Inauguré ce 13 septembre 2019, le distributeur (installé le 17 juillet) « ramène du flux et des gens dans le bourg » selon la maire Viviane Godebert. C’est une manière de maintenir les commerces locaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Tous les champs sont obligatoires.

S'inscrire à la newsletter

Voir toutes les newsletters