yellow button

Union européenne : La France veut une clause d’exemption pour le temps de travail des militaires © Opex 360.com

[…]

Lors de la dernière audition, à l’Assemblée nationale, de la ministre des Armées, Florence Parly, le député Didier Le Gac, a rapporté une anecdote sur les conséquences de cette directive sur le temps de travail au sein de la Deutsche Marine.

« J’étais hier [13/12] à Brest, avec des cadres de la Marine [nationale]. Ils sont très inquiets. Un amiral me disait qu’un patrouilleur allemand, pour qu’il puisse exercer toute sa mission, a besoin de sept équipages s’il veut respecter le temps de travail. C’est la réalité, aujourd’hui, à bord des navires allemands », a raconté le parlementaire.

Dans son propos liminaire, Mme Parly avait rappelé que « souveraineté et naïveté » faisaient « rarement bon ménage ». Et d’expliquer : « Nous devons veiller à ne pas nous démunir face à nos compétiteurs, en pensant, avec la meilleure foi du monde, agir pour le bien commin. Je pense notamment aux critères dits ESG [Environmental, social and corporate governance – Critères environnementaux, sociaux et de gouvernance], qui placeraient la défense dans la catégorie des activités non-durables, ce qui aurait pour conséquence de dissuader les investisseurs d’investir dans les industries de défense. Si nous nous mettons à considérer que la défense de nos citoyens n’est pas une activité durable, alors nous ne durerons pas bien longtemps ».

Et, répondant par la suite à M. Le Gac, la ministre a mis cette directive sur le temps de travail dans le même sac. Et comme il n’est pas question de l’appliquer à ses forces armées, la France, a-t-elle indiqué, a « fait part à la Commission européenne » des difficultés que pose ce texte. […]

Lire la suite 

© Opex 360.com du 15/12/2021

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Tous les champs sont obligatoires.

Inscrivez-vous à notre newsletter