Created with Lunacy Created with Lunacy Created with Lunacy Created with Lunacy Created with Lunacy
yellow button

Aides-soignantes en réanimation : Bientôt une extension de la prime ?

Audition du 2 aout 2022 de M. François Braun, ministre des Solidarités et de la Santé.

Prime pour les aides-soignantes et auxiliaires de puériculture en réanimation

Première audition de la Commission des Affaires sociales

Ce 2 aout 2022, la Commission des Affaires sociales de l’Assemblée nationale, dont je suis désormais membre, auditionnait Monsieur François Braun, ministre des Solidarités et de la Santé sur les Urgences.

 

Binôme « infirmière-aide-soignante »

Dans ces services où les patients ont des pathologies graves, le travail d’équipe est essentiel et la qualité du soins intensifs repose notamment sur la stabilité du binôme « infirmière-aide-soignante ». C’est ce que j’ai notamment rappelé, quand je l’ai interrogé sur la situation des aides-soignantes et auxiliaires de puériculture en réanimation. Dans le prolongement de mon courrier du 4 juillet 2022, j’ai interrogé le ministre sur le versement de la prime mensuelle aux infirmiers et aux cadres de santé travaillant en services de soins critiques.

 

Le ministre réfléchit à une extension de la prime

Dans sa réponse, le ministre indique réfléchir à une extension de la prime.

Lire le compte-rendu

Réponse de M. François Braun, ministre des Solidarités et de la Santé sur les Urgences :  » Libérer du temps médical est l’objectif des transferts de tâches et de compétences, un sujet certainement central lors de la conférence des parties prenantes. Tous les professionnels devront s’asseoir autour de la table pour que ces transferts se fassent dans le respect des règles de la science. Il ne faudra pas oublier les assistants médicaux, qui permettent d’augmenter de 10 % la clientèle d’un médecin en libéral. Je compte aussi réduire la charge administrative des soignants à l’hôpital qui, pour certains d’entre eux, occupe 50 % de leur temps de travail, et leur rendre du temps soignant. Il s’agit de l’un de mes objectifs principaux.

La prime d’exercice en soins critiques a été versée à 30 000 infirmiers et transposée dans le privé. Nous réfléchissons à son extension. J’accepte sa logique, consistant à reconnaître la pénibilité de certains métiers comme du travail à l’hôpital la nuit et en fin de semaine, et procédant d’une vision globale de la pénibilité. Il faut sortir des corporatismes, à l’hôpital comme hors de l’hôpital, au profit d’une conception plus générale des problèmes de santé.

Les conditions de travail des soignants sont un axe fort de la réforme que je veux mener. Il faut rendre du sens à notre métier. Chacun doit savoir pourquoi il vient travailler et le faire dans de bonnes conditions. « 

 

Vidéos de ma question au ministre, et de sa réponse

 

 

Reconnaissance des aides-soignantes et auxiliaires de puériculture en réanimation

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Tous les champs sont obligatoires.

S'inscrire à la newsletter

Voir toutes les newsletters