Created with Lunacy Created with Lunacy Created with Lunacy Created with Lunacy Created with Lunacy
yellow button

A Quimper, avec la CAPEB du Finistère

Avec mes collègues députés pour un zoom sur l’artisanat du Bâtiment

A l’invitation de Robert Bernard, Président de la CAPEB Finistère et ses Vice-Présidents, Fabienne Lepoittevin et Jérôme Berder, j’ai participé ce vendredi 9 septembre 2022, avec mes collègues députés, à une réunion de travail à Quimper, au siège de la CAPEB. Il s’agit d’interlocuteurs avec qui j’ai l’habitue d’échanger, comme lors de la dernière Assemblée générale, en 2021, ou encore en 2019…).

 

Comment réagir face à l’inflation ?

L’objectif de la rencontre était de faire un tour d’horizon des principaux sujets qui concernent l’Artisanat du Bâtiment et de présenter les mesures que la CAPEB considère essentielles pour assurer l’avenir et l’activité de celui-ci dans un contexte d’inflation et d’inquiétudes.

 

Situation en trompe-l’œil

« Les retours des artisans font état d’un bon niveau d’activité pour le 2e trimestre de l’année. Malgré les difficultés d’approvisionnement, la hausse des prix des matériaux et de l’énergie et les difficultés de recrutement, l’appareil de production tourne à plein régime et les carnets de commandes affichent plein. Mais cette situation en trompe-l’œil cache une inquiétude grandissante chez les entrepreneurs du Bâtiment. Les marges se dégradent depuis la fin de l’année 2020 et les impacts de la crise des matériaux sur l’activité sont nombreux : décalage des travaux, arrêt de certains chantiers, difficultés d’organisation, tensions sur les trésoreries… Sur les marchés du neuf et de la rénovation, les hausses successives des prix pourraient aussi peser sur la demande de travaux. » (Source : Les indicateurs de conjoncture dans l’artisanat du Bâtiment en Bretagne – 2e trimestre 2022)

 

Principales demandes de la CAPEB

 

Transparence sur les hausses de prix

Face à la hausse des prix, la CAPEB demande de réelle transparence sur les hausses de prix pratiquées par les industriels et les négoces, en lien avec la crise de la COVID, la guerre en Ukraine et la décarbonation des process industriels.

 

Indexer les aides de MaPrimeRénov sur l’inflation

La CAPEB demande de booster les travaux de rénovation énergétique en indexant les aides de MaPrimeRénov sur l’inflation constatée dans le secteur du bâtiment afin d’éviter une augmentation du reste à charge des ménages.

 

Diminuer le reste à charge pour les ménages modestes et très modestes

La CAPEB demande la diminution du reste à charge pour les ménages modestes et très modestes, pour accélérer la rénovation énergétique du parc de logement avec l’octroi d’un bonus en cas de réalisation de travaux multigestes (ex. : 1 geste chauffage + 1 geste isolation) ou de rénovation globale.

  • Cette mesure générerait selon la CAPEB une augmentation des économies en termes de dépenses énergétiques et diminuerait la demande en énergie. Elle favoriserait l’activité et l’emploi dans le secteur du bâtiment en 2023, période qui sera plus difficile pour la filière si aucune mesure de soutien n’est prise.
  • Le coût direct de cette mesure pourrait s’élever autour de 480 millions d’euros sur un an, éventuellement renouvelable en fonction des résultats constatés en nombre de rénovations énergétiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Tous les champs sont obligatoires.

S'inscrire à la newsletter

Voir toutes les newsletters