yellow button

Avec les maires ruraux du Finistère

Assemblée générale 2020

Ce 12 mars, je me suis rendu à Landudal pour l’Assemblée générale 2020 de l’Association des Maires ruraux du Finistère, à l’invitation de Nadine Kersaudy, maire de Cléden-Cap-Sizun et présidente de l’association.

L’Association des maires ruraux du Finistère compte 106 membres, maires des communes de moins de 3 500 habitants du Finistère. L’objectif de l’association est de porter leur voix auprès des services de l’État.

 

Gestion de la crise sanitaire : Aux côtés des maires ruraux

Face à la crise sanitaire, l’association invite les maires à ne pas rester seuls durant leur mandat, à dialoguer avec l’ensemble des acteurs et interlocuteurs des communes et de la ruralité, à bénéficier d’un accompagnement sur mesure et accéder à de nombreux services.

En tant que député de la 3ème circonscription – dite « Brest Rural » – je me tiens à la disposition des maires ruraux, comme je le suis depuis le début de mon mandat.

Voir aussi :

Engagement et proximité : A l’écoute des maires ruraux du Finistère

Cléden-Cap-Sizun : Mairie. Le député Didier Le Gac en visite © Le Télégramme

 

Le point sur l’agenda rural

L’agenda rural est la feuille de route du Gouvernement en faveur de la ruralité. Lancé en septembre 2019 à l’initiative de l’Association des maires ruraux de France, l’agenda rural est l’ensemble de mesures qui visent à redynamiser les petites communes. Parmi ces mesures, je retiens entre autres – pour notre département du Finistère :

 

Présent pour cette assemblée générale, mon collègue Daniel Labaronne, député d’Indre-et-Loire (2e circonscription) et rapporteur de la mission ruralité, est revenu sur le rapport qu’il a remis avec des élus locaux au gouvernement pour revitaliser les territoires, lutter contre la désertification et faire un sort au « sentiment d’abandon ».

 

Le plan de relance à disposition des communes rurales

Un autre sujet de cette Assemblée générale a été le plan de relance. Les communes doivent se saisir des dispositions et des 5 milliards d’euros à leur disposition dans le plan de relance.

Je rappelle qu’un guide à destination des maires fait le point sur l’évolution actuelle du cadre de contractualisation entre l’Etat et les territoires, notamment avec les nouveaux Contrats de Relance et de Transition Ecologique (CRTE).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Tous les champs sont obligatoires.

Inscrivez-vous à notre newsletter