Created with Lunacy Created with Lunacy Created with Lunacy Created with Lunacy Created with Lunacy
yellow button

Propositions pour revaloriser le secteur de l’aide à domicile

Echanges avec les représentants du Césap

Avec le Cesap 29

J’ai reçu le 30 avril 2021 à ma permanence les représentants du Césap pour échanger sur la nécessaire revalorisation du secteur de l’aide à domicile. Le Cesap (Club des entreprises des services à la personne) représente une quinzaine de structures adhérentes qui emploient 1 500 personnes dans le Finistère.  L’échange avec Régis Perrot, Président du Cesap, Didier Calloch, Vice-Président du Cesap et Délégué Départemental 29 du SYNERPA, et Viviane Castel, Vice-Présidente du Cesap a porté sur la situation des aides à domicile employées par des entreprises privées (voir photo ci-dessus).

 

Revalorisation des salaires du secteur de l’aide à domicile

Le 1er avril 2021, la Ministre déléguée chargée de l’Autonomie a annoncé une revalorisation des salaires du secteur de l’aide à domicile. Cette avancée va évidemment dans le bon sens et représente une bonne nouvelle pour les salariés attachés à la convention collective de la branche de l’aide à domicile du secteur associatif.

 

Une iniquité entre les aides à domicile

Cette augmentation de 13 % à 15 % (au 1er octobre 2021) des salaires des personnels qui interviennent auprès des personnes âgées dépendantes ou handicapées crée cependant une iniquité entre les aides à domicile, selon leur convention collective de rattachement. Les aides à domicile – employées par des associations, ou bien des entreprises privées – font le même travail. Elles accomplissent les mêmes tâches pour accompagner, et prendre soin des personnes âgées en perte d’autonomie, ou handicapées.

 

Donner tout son sens au « virage domiciliaire »

Près de la moitié des aides à domicile sont salariées du secteur privé (et sont exclues de la revalorisation). Pour assurer la pérennité de l’ensemble des structures d’aide à domicile, des pistes concrètes sont proposées.

Voir mon courrier à la Ministre déléguée chargée de l’Autonomie

 

Quelles sont les pistes pour le métier de demain ?

L’Etat n’a pas les mêmes marges d’intervention pour le secteur privé que pour le secteur associatif.

Cependant, à l’heure où l’on parle du « virage domiciliaire », et où les difficultés de recrutement sont connues et avérées, il est essentiel de considérer avec le plus grand sérieux ces pistes de « rattrapage », si l’on veut éviter d’assister à une scission sur un métier de demain.

  1. La création d’un taux APA/PCH unique pour toutes les structures privées et associatives permettrait de gommer les inégalités de prises en charge des bénéficiaires, et apporterait un sentiment de justice auprès de tous les bénéficiaires. Il s’agit-là de mettre fin à la tarification des SAAD et passer « éventuellement » en logique de CPOM pour des cas spécifiques (interventions auprès de publics très fragiles, ou sur des territoires nécessitant un financement spécifique). Il est à noter qu’un taux unique assainirait également les finances publiques, en assurant un équilibre financier des acteurs du domicile.
  2. L’ensemble des structures à l’aide sociale (préambule à l’ouverture des CPOM) devrait pouvoir bénéficier de l’habilitation. A ce titre, tous les SAAD devraient pouvoir « accueillir » les ressortissants à l’aide sociale.
  3. Les CPOM devraient pouvoir être ouverts à toutes les structures, sur la base de conditions d’accès et d’admission identiques pour tous (associations ou privées).
  4. La création d’un guichet unique pour assurer le suivi des dossiers des bénéficiaires permettrait de résoudre un certain nombre de blocages. A cet égard, les « maisons de l’autonomie » devraient pouvoir devenir le centre ressources des professionnels, comme des bénéficiaires. Ceci simplifierait (pour l’utilisateur, et les familles) les démarches. Pour l’heure, les familles ont du mal à s’y retrouver dans l’ensemble des dispositifs qui ont été successivement déployés : Réseaux de santé, Centres Locaux d’Information et de Coordination gérontologique (CLIC), MAIA, PAERPA, Plateformes Territoriales d’Appui…
  5. Un taux de TVA unique réduit pour tous (associatifs et privés) permettrait de générer plus de marge pour augmenter les salaires (suppression des taux à 20 et 10).

 

Sur le même sujet :

Aide à domicile : enfin une revalorisation !

Journée thématique « Grand Age : Comment relever le défi ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Tous les champs sont obligatoires.

S'inscrire à la newsletter

Voir toutes les newsletters

Nous utilisons des cookies pour vous proposer une meilleure expérience de navigation, des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, pour en savoir plus consultez notre politique de confidentialité.

Réglages des cookies

Ci-dessous, vous pouvez choisir quels types de cookies vous souhaitez accepter sur notre site internet. Cliquer sur le bouton "Enregistrer les réglages" pour appliquer vos préférences.

Cookies de fonctionnement (obligatoire)Ces cookies sont nécessaires et garantissent le bon fonctionnement ainsi que l'optimisation de notre site internet.

Cookies analytiquesCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation de notre site internet afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies sociauxNotre site internet peut utiliser des cookies liés aux réseaux sociaux pour vous montrer du contenu tiers comme YouTube et Facebook. Ces cookies permettent d’interagir depuis notre site internet et de partager les contenus du site, lorsque vous cliquez sur les modules "Partager" de Facebook, par exemple. En désactivant ces cookies, vous ne pourrez plus partager les articles de notre site sur les réseaux sociaux.

Cookies de ciblage publicitaireCes cookies peuvent permettre à notre site internet de vous présenter des publicités plus pertinentes et adaptées à vos centres d’intérêt en fonction de votre navigation sur le web. En désactivant ces cookies, des publicités sans lien avec vos centres d’intérêt supposés vous seront proposées sur notre site.

AutresNotre site internet peut utiliser des cookies tiers provenant d'autres services qui ne sont pas de type analytique, social ou publicitaire.