Created with Lunacy Created with Lunacy Created with Lunacy Created with Lunacy Created with Lunacy
yellow button

Édito Mars 2018 / Renouveau et redressement de nos armées

« Le temps des sacrifices est révolu et plus que jamais la France a besoin de ses armées, dans un  monde plus incertain où  les comportements sont plus brutaux et les menaces plus diffuses », c’est en ces termes que Florence Parly, ministre des armées, a présenté le projet de loi relatif à la programmation militaire pour les années 2019 à 2025.

Voté ce mardi 27 mars 2018 à l’Assemblée nationale avec une très large majorité (389 POUR et 37 CONTRE), ce texte prévoit un effort sans précédents de 198 milliards € que la France investira pour ses armées pour la période 2019-2023, sur un total de 295 milliards € de crédits programmés sur l’ensemble de la période de la LPM 2019-2025.

L’objectif, qui est aussi un engament du Président de la République, est d’atteindre 2% de la richesse nationale (2% du PIB) à l’horizon 2025.

Dès cette année 2018, l’effort supplémentaire sera de 1,8 milliard €. Il s’agit donc d’une loi de renouveau et de redressement de nos armées. Elle leur permettra de disposer d’un modèle d’armée complet et équilibré, capable d’intervenir et de défendre les intérêts de la France en pleine autonomie.

Outre la consolidation des grandes unités de combat (frégates, SNA, Sous-Marins nucléaires d’attaque de type  Barracuda, avions Atlantique 2 rénovés, patrouilleurs, pétroliers ravitailleurs, …), cette LPM prévoit également pour la Marine nationale le renouvellement de la dissuasion à travers deux composantes : la réalisation d’un   SNLE (sous-marins nucléaires lanceurs d’engins) nouvelle génération, et le lancement des études du porte-avion qui remplacera le Charles De Gaulle à horizon 2040.

Pour Brest, qui compte 11 500 militaires et 1 200 civils sur la Base navale, auxquels il faut ajouter 2 700 salariés à Naval Group et 1 600 à Thalès, et sans compter toutes les entreprises sous-traitantes,  c’est assurément une bonne nouvelle car le secteur militaire est de loin le premier employeur de la région.

De plus, avec le 2ème territoire maritime au monde, derrière les États-Unis mais devant l’Australie, la Marine nationale doit se donner les moyens d’exercer la surveillance de cet espace en proie à tous les trafics.

A un moment où certains s’interrogent sur le rôle et la place de l’État, je rappelle que la Défense est l’une des principales compétences régaliennes et que sa mission est bien d’assurer la sécurité de nos concitoyens.

+ d’info

Mon interview sur France Bleu Breizh Izel

Crédits de la Défense. « On a mis fin au blues du militaire » © Le Télégramme

Loi de Programmation Militaire : Un budget à la hauteur des besoins (vidéo)

Loi de Programmation militaire (LPM) pour les années 2019 à 2025

Programmation militaire 2019-2025 : Que retenir ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Tous les champs sont obligatoires.

S'inscrire à la newsletter

Voir toutes les newsletters

Nous utilisons des cookies pour vous proposer une meilleure expérience de navigation, des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, pour en savoir plus consultez notre politique de confidentialité.

Réglages des cookies

Ci-dessous, vous pouvez choisir quels types de cookies vous souhaitez accepter sur notre site internet. Cliquer sur le bouton "Enregistrer les réglages" pour appliquer vos préférences.

Cookies de fonctionnement (obligatoire)Ces cookies sont nécessaires et garantissent le bon fonctionnement ainsi que l'optimisation de notre site internet.

Cookies analytiquesCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation de notre site internet afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Cookies sociauxNotre site internet peut utiliser des cookies liés aux réseaux sociaux pour vous montrer du contenu tiers comme YouTube et Facebook. Ces cookies permettent d’interagir depuis notre site internet et de partager les contenus du site, lorsque vous cliquez sur les modules "Partager" de Facebook, par exemple. En désactivant ces cookies, vous ne pourrez plus partager les articles de notre site sur les réseaux sociaux.

Cookies de ciblage publicitaireCes cookies peuvent permettre à notre site internet de vous présenter des publicités plus pertinentes et adaptées à vos centres d’intérêt en fonction de votre navigation sur le web. En désactivant ces cookies, des publicités sans lien avec vos centres d’intérêt supposés vous seront proposées sur notre site.

AutresNotre site internet peut utiliser des cookies tiers provenant d'autres services qui ne sont pas de type analytique, social ou publicitaire.